CONFÉRENCE

Henry BALDIN-BRESSOT

DÉCOUVERTE DE

L’AUTO-HYPNOSE

du 11 mars 2014

association des radiesthésistes de Grenoble

hbb fHenry BALDIN-BRESSOT

HYPNOTHÉRAPEUTE

DÉCOUVERTE DE L’AUTO HYPNOSE

Mars 2014

a.v.5

* Extrait du livre de henry BALDIN-BRESSOT

« Auto Hypnotique Progress »

INTRODUCTION À L’AUTO HYPNOSE

Extrait du livre de henry BALDIN-BRESSOT « Auto Hypnotic Progress »*

AUTO-HYPNOSE:

L’auto-hypnose est un état modifié de conscience, EMC*, qui conduit à un état mental d’hyper vigilance (caractéristique de l’hypnose) et souvent de relaxation dans lequel le sujet cesse de diriger volontairement le cours de ses pensées et où il se met en rapport avec son inconscient, ses émotion profondes et ses idées écartées durant les phases de pensée volontaire parce qu’elles sont inutiles ou importunes. (Ou non accessibles au conscient)…

Ceux qui sont capables de contrôler le flux de leur pensée inconsciente peuvent modifier leur physiologie. Les expériences d’hypnose dirigées ont démontré expérimentalement cette modification des perceptions : violonistes qui croient jouer de leur instrument…

L’inconscient est une partie de vous qui régule toutes vos habitudes, et grâce à l’auto-hypnose, vous pourrez vous changer de manière rapide et durable en toute sécurité.

Dans les milieux professionnels d’hypnothérapie, il est considéré que l’auto-hypnose est un outil qui permet une communication avec l’inconscient facilitant l’émergence de solutions disponibles mais non utilisées ou encore inconnues du conscient du sujet.

Tout état de rêverie peut être considéré comme une transe hypnotique. La différence avec l’auto-hypnose provoquée est que cette dernière vise normalement un but précis et des résultats concrets.

Cet état modifier de conscience, EMC, permet également de changer vos mauvaises habitudes, vos perceptions, et autre sensations, offrant ainsi d’autre perspective  d’ouverture. Sentir le monde et vous même d’une manière tellement différente et enfin profiter de journée pleine de bonheur et de joie.

Extrait du livre de henry BALDIN-BRESSOT « Auto Hypnotic Progress »*

« Je pourrai m’étendre sur les différentes mesures enregistrées à l’électroencéphalographe (eeg*). Ondes lentes ou rapides avec un voltage plus ou moins élevé. Cinq états sont clairement identifiés, le plus éloigné du sommeil ici et maintenant, (BÉTA), les ondes ALPHA celles qui nous intéressent tout particulièrement, juste avant l’entrée d’un premier état de sommeil. Enfin le sommeil  profond, (DELTA), la où se produit en particulier les rêves. Afin de ne pas surcharger le présent ouvrage de théories inutiles pour la compréhension, je survole volontairement le sujet en invitant toutefois le lecteur curieux à chercher son bonheur en se référant à des livres traitant du sujet en particulier. De nos jours internet fournit suffisamment d’informations. Pour les curieux je vous apporte quelques précisions et vous recommande un livre à la fois passionnant et également technique : METANOIA. Phénomène physique du mysticisme, de Aimé MICHEL aux éditions Albin MICHEL.

  • – Ondes delta : de 0,5 à 3 Hertz*, celles du sommeil profond, paradoxale avec ou  sans rêve. Etat de coma.                                                                                                         

  • – Ondes thêta : de 4 à 7 Hz*, celles de la relaxation profonde, en plein éveil, atteinte notamment par les méditants expérimentés. Etat également  associé à l’activité limbique, celle de la mémoire et des émotions.

  • – Ondes alpha : de 8 à 14 Hz*, 8 à 14 cycles / seconde, de 30 à 50 microvolts d’amplitude, celles de la relaxation légère et de l’éveil calme éveillé et détendu ou en méditation. Les yeux généralement fermés mais dans certains cas peuvent également êtres ouverts.

  • – Ondes bêta : 15 à 29 Hz,: celles des activités courantes.

  • – Ondes gamma qui se situent au-dessus de 30 à 60 Hz et qui témoignent d’une grande activité cérébrale, comme pendant les processus créatifs ou de solutions de problèmes complexes.

Rappel :

l’absence d’ondes cérébrales, qui se traduit par un EEG plat, est un signe clinique de mort cérébrale.                                                   

(Hertz ou Hz, 1 Hz étant égal à une oscillation par seconde),

(EEG, électroencéphalogramme)


HYPNOSE:

L’hypnose est en fait une simple autosuggestion dont l’hypnotiseur est le guide.

À la différence de l’hypnose de spectacle l’hypnose Ericksonienne est orientée en particulier pour le développement personnel, la thérapie…

L’hypnose peut-elle faire peur ?

Quelque soit l’hypnotiseur en face de vous, vous ne pouvez rien faire qui mette votre vie en danger. Chaque induction ordonnée doit-être en accord avec vos principes et votre éthique. Personne ne peut vous forcer à exécuter des actes ne correspondant pas à votre morale en vous hypnotisant. Votre instinct de survie toujours présent vous protège et il est par conséquent inutile d’imaginer que quelqu’un puisse pénétrer dans votre esprit, et y dérober n’importe quelle information.

Les hypnotiseurs de foire ont pour seul but de trouver la bonne personne, qui se laissera induire facilement et rapidement, rien de plus que du spectacle. 

Hypnose Ericksonienne et Nouvelle Hypnose

L’hypnose Ericksonienne créé par Milton Erickson, sert à régler une bonne fois pour toute les problèmes  psychologiques et chroniques, les douleurs en générales, deuils, addictions aux tabacs, mauvaises habitudes, allergies, confiance en soi, stress… Tout ça parfois en très peu de temps.

Et là, on peut se demander « Mais comment ça marche ? ». Il nous faudra explorer notre inconscient pour trouver la réponse.  L’hypnose nous permet d’être au plus près de notre inconscient.

De plus, l’EMC est un état naturel qu’on expérimente plusieurs fois par jour, sans s’en rendre compte. Lors d’une rêverie par exemple. Qui ne s’est pas mis à rêver ou être dans la lune, sur les bancs de l’école? C’est un EMC, vous vous laissez guider par votre inconscient, rêvez. Ainsi, j’insiste sur le fait que vous êtes complètement en sécurité, l’EMC est naturel, et votre inconscient est constitué de votre instinct de survie, si un hypnotiseur vous ordonne une action non éthique, votre inconscient refusera l’ordre, en plus, l’inconscient connait vos principes de fonctionnement,  et même sous hypnose il vous sera impossible d’exécuter un ordre pour lequel votre morale serait contre. En plus de contenir vos principes et votre instinct de survie, l’inconscient est constitué de vos souvenirs, vos phobies, qui font en partie de votre instinct de survie, votre mémoire, la manière dont votre corps fonctionne, il filtre tous vos ressentis, il accomplit un immense travail.

« Comme je le précisais au début du présent ouvrage, je m’intéresse à l’auto hypnose depuis les années 1982,  mes premiers résultats se confirment en 1992, et à présent j’en possède une parfaite maîtrise. Depuis 2008, date de l’accident de para moteur dont j’ai été victime, (voir les détails au chapitre accident), même si j’avais donné de nombreux conseils à plusieurs amis ou élèves, au cours de séances d’art martiaux, loin de moi l’idée d’apporter, de soulager ou d’enseigner l’autohypnose à d’autres personnes que mes proches. Cet accident ou je suis resté dans le coma pendant plusieurs jours avec une réelle expérience de mort imminente (E.M.I), une fut un véritable révélateur proxémique.

 Il m’arrive souvent de marcher dans la rue et d’engager une conversation avec un ou une  inconnu(e) sans raison apparente, comme si j’avais plus de facilité, de désir de me rapprocher d’autres personnes.

Cette nouvelle ouverture est apparue dès mon réveil comme si on m’avait enlevé quelque chose, quand cette chose, que je nome boule d’énergie, m’a quitté, s’est enfuit de mon corps, et que quelque chose de nouveau l’avait remplacée, ou plutôt un nouvel état.

Je me sens à présent non pas neuf, mais modifié avec une sensibilité accrue, comme si une place était réservée en moi pour réaliser de nouvelles choses avec d’autres possibilités et cela je m’en suis rendu compte très vite dans mes agissements, mes lectures et mes écrits. En particulier dans mes travaux sur l’autohypnose, je ressens désormais le désir de les faire partager par un plus grand nombre de personnes. Pas forcement dans le cadre d’une simple thérapie dans le but d’une découverte, une progression le dépassement de soi ».

Dans ce livre vous découvrirez et appendrez facilement à vous adresser à votre inconscient. A votre propre rythme en 12 modules vous aurez en mains tous les principes utiles de l’autohypnose, en particulier ma méthode expresse de mise en transe afin de pratiquer entre autre, l’auto-hypnose partout, trouver rapidement le sommeil, programmer vos rêves et vous en souvenir…, simple, pratique et réellement à la portée de tous. 


Histoire de l’hypnose :

Les sumériens -4000 ont décrit sur leurs tablettes des méthodes hypnotiques. Mais s’il est vrai que l’on rencontre le phénomène hypnotique dans les techniques millénaires du yoga ou les techniques de méditation orientales, il est généralement admis par la plupart des auteurs que l’histoire officielle et de l’hypnose commence au 18ème siècle avec Franz Anton Mesmer et le magnétisme animal.

C’est environ au 6ème siècle, que l’hypnose fut remplacée par des pratiques religieuses (prière, eau bénite, relique des martyrs, imposition des mains … ). Sous l’inquisition, toute personne qui pratiquait l’hypnose se rendait coupable de conjurer Satan, c’est pourquoi, cette méthode sombra dans l’oubli.

James Braid inventeur du mot « hypnose » (1795-1860) rejette la théorie du magnétisme, et parle d’hypnotisme, expliquant l’état de transe par des modifications de la physiologie cérébrale. Ces modifications sont induites par la fixation de l’attention, et par la suggestion. C’est Braid qui va assimiler l’état de transe et le sommeil. Jean-Martin Charcot (1825-1893) à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris, le considère comme un état pathologique s’assimilant à l’hystérie. Hippolyte Bernheim à Nancy, s’oppose aux théories de Charcot. Il considère l’hypnose comme un phénomène de suggestion physiologique. Progressivement, Bernheim se détourne de l’hypnose formelle (« il n’y a pas d’hypnotisme, il n’y a que de la suggestibilité »). A Nancy toujours, Ambroise A Liébault soutient une thèse différente de celle de Bernheim, il affirme que le sommeil hypnotique est un fait qui ne s’explique pas que par la suggestion.

L’hypnose a été à la base de nombreux concepts psychanalytiques majeurs (inconscient, transfert, etc.). L’absence de neutralité du thérapeute, la possibilité du mensonge sous hypnose, ont conduit Freud à abandonner l’hypnose lors de la cure psychanalytique. La position de l’analysant, allongé sur un sofa, le thérapeute assis derrière lui, vient de la manière dont Freud conduisait ses séances d’hypnose.

Certaines des techniques de psychothérapie moderne découlent de l’hypnose, le terme psychothérapie a été créé en 1891 par Hyppolite Bernheim pour désigner sa pratique de l’hypnose médicale. Par exemple, la sophrologie, au même titre que certaines techniques de relaxation, est une méthode récente (1961) née de l’hypnose.

Un peu d’histoire

On comprend de mieux en mieux le cerveau depuis les 15 dernières années, notamment grâce au développement de l’imagerie médicale (IRM, PET, scanner…) et des neurosciences. En effet, grâce à ces technologies révolutionnaires, on peut à présent voir le fonctionnement du cerveau « en temps réel ».

Freud a fait beaucoup pour le développement de la psychologie et pendant toute la première moitié du 20ème siècle, on a étudié l’inconscient à la lumière de ses études. L’inconscient freudien est un inconscient qui regorge de cadavres dans le placard, un inconscient plutôt négatif, à l’origine des maux des hommes. La psychanalyse part donc du principe qu’une fois qu’on a pu remonter dans cet inconscient, qu’on sait pourquoi nous avons tel ou tel comportement, ce comportement dérangeant va disparaître de lui-même. Hélas, ce n’est pas toujours vrai.

C’est pourquoi, depuis les années 1970, un courant parallèle se développe. Milton Erickson avait fait des constatations empiriques sur l’existence d’un cerveau émotionnel, siège des émotions, réagissant bien en hypnose. Grâce au développement de la neurobiologie, on a désormais des preuves scientifiques de l’existence de ce cerveau émotionnel, et une nouvelle approche de l’inconscient se développe. Il s’agit du système limbique.

Aujourd’hui nous pouvons “partager” le cerveau en 3 parties, dont le cerveau émotionnel “animal” qui gère toutes nos émotions qui à la différence de ce que pensait Freud est positif et uniquement préoccupé par la survie de notre corps. Voir le livre du Docteur Paul MACLEAN « les trois cerveaux »

A partir de ce constat et dans la droite ligne de l’hypnose Ericksonnienne, tout un courant de pensées s’est développé, notamment la PNL (programmation neurolinguistique) à partir des années 1970.

A présent, on peut soigner des bleus à l’âme “rapidement”, sans forcément passer par une analyse : on a un problème, on choisit la meilleure méthode hypnotique pour changer ce comportement, et parfois une séance suffit.